PORTO-NOVO, VODUN/ORISHA ET TOURISME : HEURTS ET MALHEURS D’UN PATRIMOINE TROP LONG MARTYRISE.

Tout responsable politique est mû par le développer le territoire dont il a la charge. Ce développement, doit non seulement être imaginé et accepté par les populations mais surtout s’appuyer sur les ressources disponibles.  Les autorités de la ville de Porto-Novo ont compris que « la rénovation de bâtiments anciens, en rendant une ville  plus attractive pour le commerce et l’hébergement, accroît le revenu disponible susceptible d’être dépensé sur place, ce qui peut être à l’origine d’un mécanisme de multiplication du revenu local et que cet enrichissement permet à son tour de nouveaux investissements patrimoniaux renforçant le pouvoir d’attraction du territoire et sa dynamique de développement. (Michel Vernières). Elles ont initié plusieurs actions et projets l’un des importants est l’étude pour la réhabilitation du patrimoine historique de la ville sur financement de la Banque Mondiale, entre 2001 et 2003.

Cette étude conduite par le groupement EPA-EAMAU a révélé, entre autres, le riche patrimoine de la ville, le potentiel élevé d’attrait des touristes nationaux ou internationaux grâce à ses atouts historiques, culturels et naturels et proposer un ensemble de pistes. En visitant la ville ou en y résidant, on se rend aisément compte que comme toute ville africaine, Porto-Novo « est caractérisée à la fois par le visible et par l’invisible. Un arbre, un lieu, un chemin, un cours d’eau peuvent y remplir une fonction à la fois matérielle et immatérielle. L’invisible, accessible aux initiés, est le fondement réel de la cité. »Bachir Oloudé. En dehors de son architecture (traditionnel pré-colonial, colonial et afro-brésilien, moderne et même contemporain ), deses musées (Honmê, da Silva, Musée ethnographique), des palais royaux (Toffa 1er, Honmè, Kpotozounmè, Onikoi, etc.), des sites naturels comme le Jardin des Plantes et de la Nature (JPN) ainsi que les abords de la lagune et certaines vues panoramiques, les places vodun sont présentes de manière significative et « représentent pour les populations  des lieux par excellence de communion, de transmission de la mémoire collective et de reconnaissance identitaire. » Gérard O. Bassalé.

Il est notable hier comme aujourd’hui, que les politiques menées par nos administrations, centrales ou décentralisées, coloniale ou postcoloniale, ont contribué à désorganiser la structuration de l’espace et du cadre social à Porto-novo et dans d’autres villes. Les travaux de voirie et d’assainissement ne tiennent pas compte des sites vodun. Bon nombre d’entre eux sont détruits par le tracé des voies et la construction d’équipements publics.

  • Combien de personnes se souviennent encore que l’Eglise Notre Dame a été construite dans les années 1860-1970 sur le site de l’ancienne place vodun et forêt sacrée du dieu Hêviosso?
  • La place du dieu Dangbé située au quartier Kpota Sandodo Filla est réduite à son portique ;
  • La place Sado de la divinité Sakpata, dans le quartier Mahi Comè près de Gbèkon, a été détruite pour tracer des voies ;
  • La place du dieu Gbèloko a été également amputée pour construire un nouvel espace public moderne clôturée appelée Place Bayol ou place Toffa 1er ;
  • La place de la divinité Déguè au quartier Déguètokpa a été entièrement rasée pour accueillir les bâtiments de la nouvelle Assemblée Nationale…

Au regard de ce qui précède, on peut légitiment s’interroger sur la vision des autorités de la ville et surtout sur leur sincérité quand ils se préoccupent de la place du Vodùn/Orisha dans le développement touristique de la ville de Porto-Novo.

Attirer l’attention de chacun et de tous nos comportements et sur les errements  des politiques conscientes et inconscientes, officielles et officieuses dont les impacts nuisent grandement au culte et à la culture le vodun mais également nous interroger sur le sens et les pratiques des timides opérations de réhabilitations des places vodun dans la ville constituent les objectifs poursuivis par cette communication.

Osséni SOUBEROU

No Replies to "PORTO-NOVO, VODUN/ORISHA ET TOURISME : HEURTS ET MALHEURS D’UN PATRIMOINE TROP LONG MARTYRISE."